[Archive] « Désordre » de Penny Hancock

Penny Hancock - Désordre  ©Sonatine Editions

Références:

Editeur: Sonatine

Date de parution: Avril 2013

ISBN:  978-2-35584-127-9

Mon avis: 

Sonia, la quarantaine, vit dans une maison sur les bords de la Tamise, dans la banlieue de Londres, Greenwich, non loin de l’Ile aux Chiens. Nostalgique, elle ne peut se résoudre à quitter « Les Berges » malgré la pression mise par sa famille. Son mari, qui est constamment en déplacement, sa fille qui est partie à l’université et sa mère placée en maison de retraite, tentent de la persuader de vendre. Mais rien n’y fait. Sonia est attachée à cette maison, à la Tamise et surtout à son adolescence passée dans cet environnement. Cette adolescence qui lui a fait vivre des sentiments forts et profonds qu’elle pense ne jamais retrouver.
Lorsque Jez, 15 ans, le fils de son amie Helen, vient lui rendre visite afin d’emprunter un CD de Tim Buckley appartenant à son mari, Sonia développe une obsession pour cet adolescent, pour sa jeunesse. Obsession telle, qu’elle décide de ne plus le laisser partir, de le séquestrer dans le studio de musique installé à l’étage.
Premier roman de Penny Hancock, Désordre nous prend à la gorge, nous séquestre, nous envoûte. Non pas que le récit soit violent, cauchemardesque, ou oppressant loin de là. L’auteure se donne le temps de développer la personnalité psychologique des principaux intervenants. L’utilisation du « Je » narratif renforce le personnage de Sonia. Nous fait vivre ses angoisses, ses souvenirs, ses sentiments au plus profond de son âme. Il la rend plus humaine. Ce « Je » nous prive aussi du point de vue de Jez, ce jeune de 15 ans, qui malgré lui se retrouve emprisonné dans cette maison. Mais cela ne nuit pas au récit, que du contraire.
Un récit construit étape par étape, couche après couche, avec patience et détermination pour nous amener à un épilogue qui nous retourne, nous explose au visage.
Comme vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce roman. Ce développement progressif, tout en subtilité, ces flashbacks, ces détails nous permettant de nous mettre dans la peau du personnage, cette fin inattendue, tout est fait pour que ce roman soit addictif.
J’ai beaucoup aimé aussi ce rapport au fleuve. Ces descriptions détaillées de ce fleuve qui fait partie intégrante de Londres. Ce fleuve sinueux si dangereux pour ceux qui ne le connaissent pas. La Tamise fait partie intégrante du roman, tel un personnage à part entière qui participe au développement du récit.
Voici donc un essai réussi avec brio par Penny Hancock. Une très belle découverte. J’attends avec impatience son prochain roman qui je l’espère nous captivera tout autant sinon plus.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s