[Archive] « Une saison à Longbourn » de Jo Baker

Une saison à Longbourn ©Editions Stock

Références:

Editeur: Editions Stock

Collection: La cosmopolite

Date de parution: 2 avril 2014

ISBN: 9782234075597

Mon avis:

Qui d’entre nous n’a jamais lu ou, au moins, entendu parler d’ “Orgueil et préjugés” de Jane Austen. Que ce soit à travers le roman, à travers les différents films ou séries télévisées, la vie de M. et Mme Bennet, de leurs cinq filles, de M. Collins, de M.Darcy ou encore de M. Bingley nous est familière. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce que pouvaient ressentir les domestiques de Longbourn? Bien que certains, comme M. et Mme Hill soient mentionnés dans le roman, nous ne connaissons rien de leur vie, de leurs aspirations, de leur passé.

“Mrs Bennet avait entendu dire, expliquait-elle maintenant à son époux et à ses filles, que, dans les meilleures maisons, on ne voulait être servi que par des valets car tout le monde savait que leurs gages étaient élevés et qu’on devait s’acquitter d’un lourd impôt pour les garder, parce que les hommes en bonne santé étaient appelés aux champs et à la guerre. Quand on apprendrait que les Bennet avaient engagé un jeune valet pour servir à table et ouvrir les portes, le voisinage ne manquerait pas de s’émerveiller de ce fait remarquable.” (p. 29)

A travers ce premier roman, Jo Baker nous fait découvrir l’envers du décor. Nous découvrons les cuisines, l’écurie, la cour, où les domestiques s’activent dès le petit matin. Bien que respectant les caractères des personnages originaux ainsi que le clivage social existant entre eux, l’auteure ne se borne pas à nous faire découvrir les contraintes liées à la vie de domestique. Outre le fait de donner vie à ces personnages quasi fantomatiques dans l’oeuvre de Jane Austen, Jo Baker nous livre ici une véritable histoire d’amour.

S’attaquer à un grand classique (le mot est faible) de la littérature anglaise peut s’avérer dangereux. Nombreux sont ceux qui s’y sont déjà brûlés les ailes. A travers ce roman, Jo Baker a su, intelligemment, conserver et respecter l’esprit, la forme ainsi que les personnages du roman de Jane Austen pour y développer une histoire d’amour quasi intemporelle. A travers une écriture élégante, douce, sans mièvrerie, ne se perdant pas dans les redondances et autres invraisemblances, l’auteure se sert du contexte créé par Jane Austen tel un écrin afin d’y accueillir un bijou de grande valeur.

Je remercie les Editions Stock ainsi que Libfly de m’avoir permis de découvrir cette pépite. Car je pense pouvoir dire que, désormais, je ne pourrai plus jamais lire “Orgueil et préjugés “ sans avoir cette petite pensée pour M. et Mme Hill, Sarah, Polly, et James…

Ce roman paraît au Livre de Poche ce 1er avril 2015

© Le Livre de Poche
© Le Livre de Poche
Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s