[Archive] « Quand les colombes disparurent » de Sofi Oksanen

Quand les colombes disparurent   ©Editions Stock

Références:

Éditeur: Les éditions Stock

Collection: La Cosmopolite

Date de parution: 15 mai 2013

ISBN: 9782234074101

Mon avis:

A travers son troisième opus, la finlandaise Sofi Oksanen nous fait revivre l’une des périodes sombres de ce petit Etat balte qu’est l’Estonie.
Si l’Estonie jouit désormais de son indépendance depuis le 20 août 1991 et est devenue membre de l’Union Européenne le 1er mai 2004, il fut une époque où les régimes russes et allemands se sont rapidement succédés forçant les citoyens à émigrer, à être déportés en Sibérie ou à devoir s’adapter au régime en place comme dans de nombreux pays d’Europe à l’époque. Et c’est ce que Sofi Oksanen nous fait revivre à travers son livre.
Deux cousins, Roland et Edgar, revenant d’une instruction en Finlande vont rejoindre l’Estonie afin de lutter contre l’occupant russe. Peu de temps après leur retour les bolcheviks, poursuivit par les troupes finlandaises et allemandes, battent en retraite mais sont vite remplacés par l’Allemagne d’Hitler. Roland et Edgar vont alors voir leurs routes se séparer. Roland le plus combatif se battra pour une Estonie indépendante, et son cousin, Edgar retournera sa veste au gré des changements de régime. Travaillant pour les services secrets allemands sous l’occupation, il deviendra écrivain autorisé sous la domination russe, lorsque la Russie soviétique reprendra les rênes du pays en 1944.
Il est difficile de résumer brièvement cet ouvrage tant les détails abondent. Véritable témoin d’une époque, ce troisième roman de Sofi Oksanen ne se veut pas donneur de leçon. Mais il nous fait revivre la vie de 3 Estoniens, à travers différentes époques. Il nous fait découvrir aussi ces  » Frères de la forêt « , organisation alliant des Estoniens ayant soif d’indépendance et visant à lutter contre le pouvoir soviétique. Allant des années 40 sous l’occupation allemande aux années 60 sous le régime russe, nous allons découvrir tour à tour Roland, Edgar mais aussi Juudit (l’épouse d’Edgar) dont le mariage est quasi inexistant. Celle-ci tombera d’ailleurs éperdument amoureuse d’un officier allemand, le SS-Hauptsturmführer Hellmut Hertz.
Un roman fort, extrêmement bien documenté, fouillé, puisque l’auteur se basera notamment sur le personnage d’Edgar Meos qui, à l’époque, écrivait l’histoire officielle de l’Estonie selon les préceptes dictés par le KGB.
On sent l’attachement de l’auteur pour ses personnages, et plus spécialement pour celui de Juudit, mais aussi pour ce pays qui est le pays d’origine de sa maman.
 » Quand les colombes disparurent  » est également un roman dense dans lequel l’on peut parfois se sentir perdu tant sa construction est complexe. Mais ceci n’enlève rien à son intérêt loin de là.
Sofi Oksanen a sans conteste un talent d’écrivain et je ne m’arrêterai certainement pas à cette lecture.  » Quand les colombes disparurent  » étant mon premier roman de l’auteur, je vais d’ici peu me plonger dans ses deux premiers ouvrages dont le célèbre  » Purge  » qu’il ne faut désormais plus présenter.
Une lecture à recommander donc pour les amateurs d’Histoire du 20ème siècle.

Je remercie MyBoox et les Editions Stock de m’avoir permis de découvrir cette pépite!

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s