Chronique: « Tout n’est pas perdu » de Wendy Walker

Wendy Walker - Tout n'est pas perdu - Sonatine

 © Sonatine Editions

Fairview, Connecticut. Jenny Kramer, 15 ans, vient d’être violée alors qu’elle participait à une fête d’étudiants. Suite à un traitement post-traumatique, elle n’a plus aucun souvenir de cette soirée mais continue de ressentir cette terreur dans son corps. Alan Forrester, le seul psychiatre de la petite ville, va tour à tour recevoir les différents acteurs de cette triste histoire.

Premier roman de Wendy Walker, « Tout n’est pas perdu » est Le thriller psychologique par excellence. Se plongeant dans le vécu et le subconscient de ses patients, Alan Forrester, notre narrateur, va dresser le portrait psychologique de chaque acteur.

Entre manipulation psychologique et révélations, Wendy Walker nous livre ici une intrigue extrêmement bien ficelée qui laisse le lecteur en attente quasi permanente.

Wendy Walker, Tout n’est pas perdu, Traduit de l’anglais (US) par Fabrice Pointeau, 12 mai 2016, 320 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s