« No Home  » de Yaa Gyasi

 

« No Home » de Yaa Gyasi est sans conteste l’un des succès de cette rentrée littéraire de janvier. Plus qu’une fresque romanesque, ce roman nous transporte à travers trois siècles d’histoire marqués par l’esclavage. C’est dire si le projet était ambitieux. Partant du Ghana du 18ème siècle, où naissent Effia et Esi, « No Home » nous transporte à travers le temps, mais aussi à travers l’espace pour nous retracer l’histoire de ces deux sœurs qui pourtant ne se connaissent pas puisque nées dans deux villages différents. Deux sœurs, deux vies, mais aussi deux expériences puisque l’une sera mariée de force à un Anglais et l’autre sera emprisonnée avant d’être expédiée en Amérique où elle construira sa vie.

 

Au travers de chapitres bien construits et documentés, nous suivons de génération en génération, la descendance de ces deux sœurs aux destins si particuliers. Un très beau premier roman, ambitieux, qui ne peut laisser indifférent.  

 

Un seul bémol cependant relatif au passage assez (parfois trop) rapide d’une génération à l’autre qui m’a parfois déstabilisé dans ma découverte des personnages.

 

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour leur confiance. 

 

 

 

Yaa Gyasi, « No Home », Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Anne Damour, Editions Calmann-Lévy, 4 janvier 2017, 450 pages.

 

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s