Côté Books: « Les Survivants » d’Ingar Johnsrud

© Editions Robert Laffont (Coll. La Bête Noire)

Résumé de l’éditeur:

Le commissaire Fredrik Beier et son ancienne collègue, Kafa Iqbal, en froid depuis l’affaire Solro, doivent enquêter sur le meurtre d’un homme censé avoir disparu des années plus tôt. Sur le lieu du crime, Kafa retrouve une photo abîmée au dos de laquelle est inscrit, en russe, « Калипсо » : Kalypso. Au même moment, dans les égouts de la ville d’Oslo, des rats se délectent d’un autre cadavre.
Une tragédie lie les deux victimes, mais pour la comprendre, il faut remonter jusqu’à une opération secrète aux conséquences désastreuses, datant de l’Union soviétique…

Mon avis:

Second volume de la trilogie consacrée au commissaire Fredrik Beier, « Les Survivants », nous plonge une fois encore au cœur d’une intrigue à la fois complexe et bien construite, alternant passé et présent. Deux cadavres, un nom, des preuves qui disparaissent, une photo qui ressurgit… Il n’en faut pas plus à Ingar Johnsrud pour nous emmener au cœur d’un récit exigeant, solidement ancré dans un contexte historique de choix: la guerre froide. L’auteur poursuit son travail de longue haleine, multipliant les personnages et leurs interactions mais mettant également en scène la menace d’armement chimique, sujet qui semble lui tenir à cœur. Cette « petite » brique de 608 pages terminée, il me reste ce sentiment d’avoir « raté » quelque chose tant le schéma narratif est exigeant.  Je n’en reste pas moins impatiente  de découvrir le troisième et dernier tome de la série.

Je remercie les éditions Robert Laffont pour cette lecture.

Ingar Johnsrud, « Les Survivants », Traduit du norvégien par Hélène Hervieu, Editions Robert Laffont, Coll. La Bête Noire, 8 juin 2017, 608 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

2 commentaires sur « Côté Books: « Les Survivants » d’Ingar Johnsrud »

  1. J’avais lu le premier avec intérêt mais l’intrigue du premier était déjà un labyrinthe dense en indices, fausses pistes. Je l’ai eu entre les mains à la librairie mais je ne l’ai pas acheté. Ton article me fait un peu reconsidérer mon choix d’abandonner cette série 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ta visite. En effet, Ingar Johnsrud ne fait pas dans la simplicité 😁 Une multitude de personnages, des histoires très complexes… On en perd parfois le fil mais au final cela en vaut la peine. Dis moi si tu changes d’avis 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s