Côté Books: « Ne dis rien à papa » de François-Xavier Dillard

©Editions Belfond

Présentation de l’éditeur

« Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au coeur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister. »

Mon avis

Dans la lignée de « Fais-le pour maman« , paru en mars 2014 aux éditions Fleuve Noir, François-Xavier Dillard revient – cette fois-ci aux éditions Belfond – avec un thriller axé sur les liens familiaux. Bien que l’intrigue ne laisse pas beaucoup de place au questionnement – l’auteur nous offrant ça et là de nombreux éléments de réponses – François-Xavier Dillard parvient à créer cette tension tellement nécessaire à la réussite d’un thriller en travaillant sur l’aspect psychologique des principaux intervenants.

Noir à souhait, malsain à ses heures, fait de mensonges et de non-dits, « Ne dis rien à Papa », est un page turner construit sur l’alternance entre passé et présent ce qui ajoute à l’effet de tension.

Je dois avouer avoir eu du mal à le lâcher, malgré cette certitude quant au dénouement du livre. Mais la force d’un thriller ne réside-t-elle pas aussi dans sa construction et cette volonté de distiller cette tension si recherchée par les amateurs du genre?

Je remercie les éditions Belfond pour leur confiance.

 

François-Xavier Dillard, « Ne dis rien à papa », Editions Belfond, 15 juin 2017, 320 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s