Côté Books: « L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski » de Romain Slocombe

© Editions Robert Laffont, Collection La Bête Noire

 

« La France, patrie des Lumières et des Droits de l’Homme, terre d’accueil et d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. Manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux » (Extrait du discours prononcé par Jacques Chirac lors des commémorations de la Rafle du Vel’d’Hiv’, le 16 juillet 1995).

 

Résumé de l’éditeur:

Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de Justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?
Chargé d’enquêter sur ces deux affaires, l’inspecteur Léon Sadorski voit ses projets de vacances contrariés d’autant plus qu’il doit bientôt participer à la grande rafle du Vél’d’Hiv, exigée par les nazis et confiée à la police française. Un destin tragique menace désormais sa jeune voisine Julie Odwak, la lycéenne juive qu’il convoite en secret et dont il a fait interner la mère.

Mon avis:

L’inspecteur Léon Sadorski, chef de brigade de voie publique à la 3ème section de la direction générale des Renseignements généraux et des Jeux, n’est pas ce que l’on appellerait un personnage attachant. Que du contraire…Difficile de ne pas ressentir un profond écœurement vis-à-vis de ce personnage se décrivant lui-même comme patriote, à la fois pétainiste, antisémite, antigaulliste, anticommuniste notoire et obsédé par les femmes.  Oui, l’inspecteur Sadorski est détestable et pire encore. Sa tâche, et son plaisir, est d’arrêter les Juifs – considérés comme un danger national pour l’ordre public et qui seraient en infraction avec les nouvelles ordonnances délivrées à leur encontre. Il se fait un plaisir de dénoncer, monnaie la liberté de certain(e)s et vole volontiers tabac et argent lors des visites domiciliaires. Personnage ambigu, pouvant éprouver un semblant de remords tout à fait relatif, il pourchasse les Juifs et les résistants communistes au nom d’un patriotisme et d’intérêts personnels douteux.

Nous sommes en 1942 et la répression envers les Juifs se fait de plus en plus violente.  A travers ce nouveau roman, Romain Slocombe nous prend à témoin… Nous assistons, impuissants, écoeurés, à travers les yeux de Sadorski et de ses comparses, à des actes sans nom commis par la police française, entre abus de pouvoir et délation. Mais aussi des gestes désespérés d’hommes, de femmes et d’enfants, reflétant l’horreur de cette période de l’Histoire encore si proche de nous. L’auteur nous fait revivre, en direct, cette rafle du Vel’ d’Hiv’ lors de laquelle des milliers de Juifs parisiens furent arrêtés par la police française au cours d’une chasse à l’homme de grande ampleur, dans le seul but de répondre aux exigences du IIIème Reich; mais aussi les débordements et excès de zèle de certains. Un récit très détaillé, parfaitement documenté car se basant sur des faits réels mais surtout un récit nécessaire afin de refléter au mieux ce cauchemar.

Lu en à peine 2 soirées, ce petit pavé de 592 pages laisse un goût amer, un sentiment d’impuissance face à un passé que certains préféreraient oublier. L’auteur nous ouvre les yeux, nous apporte, à travers ses nombreuses recherches et un récit romancé, de la clarté sur des événements très souvent rapportés mais rarement aussi bien détaillés.  Un véritable travail de fourmi!

Plus qu’une enquête policière, « L’Etoile jaune de l’inspecteur Sadorski » est un véritable roman historique.

Je remercie les éditions Robert Laffont pour leur confiance renouvelée.

 

Romain Slocombe, « L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski », Editions Robert Laffont, Coll. La Bête Noire, 24 août 2017, 592 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

4 commentaires sur « Côté Books: « L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski » de Romain Slocombe »

    1. Bonjour et merci pour ton commentaire! L’angle d’approche de l’auteur peut dérouter car prendre le parti de centrer son récit sur un personnage aussi antipathique que Sadorski peut être risqué mais c’est peut être aussi ce qui en fait sa force et nous permet d’ouvrir les yeux 😊 Bonne découverte!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s