Côté Books: « Mon gamin » de Pascal Voisine

© Editions Calmann-Lévy

Résumé de l’éditeur:

Cet été 1977, un été de vinyles, de chaleur et de baignades, Thierry a 14 ans et découvre la musique, les premiers émois, les montagnes russes de l’adolescence où tout est à la fois morne et intense.
Il passe ses journées avec son meilleur ami, Francis, un handicapé mental qui vit à l’hôpital psychiatrique voisin depuis toujours. Le gentil Francis adorait la mère de Thierry, et va chaque semaine poser un petit caillou sur sa tombe. Il a vu naître Thierry, qu’il appelle «  mon gamin  », et lui voue une amitié joyeuse et entière.

Mais le destin s’appuie souvent sur pas grand-chose. Un infirmier tatoué fan d’Elvis, une belle-mère trop jeune et trop jolie, une guitare à deux manches, un chat bien curieux… Et tout bascule.

Quarante ans après ce mois d’août 1977, Thierry, devenu un chanteur à succès sous le nom de Marc Alder, va enfin découvrir la vérité sur les quelques jours qui ont changé toute sa vie.

 

Mon avis:

Nous sommes le 8 août 2017. Lorsque Thierry Poivet, plus connu sous le nom de Marc Adler – chanteur à succès –  retourne assister aux funérailles de la deuxième épouse de son père dans sa ville natale de Champs-Choisy, ce n’est pas sans a priori. 40 ans après avoir franchi les portes de la ville pour la dernière fois, Thierry va se retrouver confronté à son passé.

Premier roman de Pascal Voisine, « Mon gamin » va nous faire revivre cet été 1977. Thierry, 14 ans, est à cet âge où l’on n’est plus un enfant mais pas encore tout à fait un adulte. Il découvre la musique, écoute les vinyles de David Bowie, Pink Floyd, Gainsbourg et participe à un concours organisé par une radio nationale qui lui permettra peut-être un jour de réaliser son rêve: devenir un célèbre auteur -compositeur – interprète.  Il est à l’âge des premiers émois et l’arrivée d’une belle-mère d’à peine 10 ans son aînée n’est sans doute pas étrangère à ces nouveaux sentiments.

Cependant, « Mon gamin » est loin d’être un simple roman d’apprentissage et est bien loin du caractère léger que l’on serait tenté de lui attribuer en lisant son résumé.

L’auteur en nous invitant à la découverte de cette amitié profonde entre Thierry et Francis, un handicapé mental, nous livre un roman touchant, réaliste, ne versant pas dans la sensiblerie. L’auteur a d’ailleurs puisé son inspiration pour ce personnage dans son expérience acquise lors de sa participation au film « Rien, voilà l’ordre » (2003) en tant qu’assistant réalisateur.

Alternant les époques et les points de vue, à travers des chapitres courts, Pascal Voisine sait tenir le lecteur dans une situation d’attente, entretenant cette envie d’en savoir plus, d’être le témoin de ces événements passés. De la perte de l’innocence à la réalisation des conséquences de ses actes, le chemin peut être long. C’est ce chemin sinueux que l’auteur nous invite à suivre.

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour la découverte de ce roman, véritable pépite de cette rentrée littéraire.

Pascal Voisine, « Mon gamin », Editions Calmann-Lévy, 248 pages, 16 août 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

Pascal Voisine, « Mon gamin », Editions Calmann-Lévy, 16 août 2017, 248 pages

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s