Côté Books: « Un astronaute en Bohême » de Jaroslav Kalfar

© Editions Calmann-Lévy

Quatrième de couverture:

Jakub est un astrophysicien missionné par la République tchèque pour partir dans l’espace analyser un inquiétant nuage qui recouvre Vénus. À la veille de son départ et alors que des hordes de caméras le suivent partout, Jakub n’a qu’une hâte, se retrouver enfin seul.
Cependant, au bout de treize semaines de voyage, il apprend par écran interposé que sa femme Lenka le quitte. Esseulé au milieu des étoiles, Jakub est aussitôt pris d’une terrible crise d’identité, qui le conduit à revisiter son passé : son père lié au Parti communiste et jugé bourreau suite à la révolution de Velours, le décès accidentel de ses parents, son départ de Prague pour être élevé par ses grands-parents, puis plus tard, son coup de foudre pour Lenka. Jakub remet soudain tout le sens de sa vie, et de l’humanité entière, en question. Plus Vénus approche, moins il s’en soucie car sa vraie mission devient
la reconquête de son épouse, à des années-lumière de lui.

Mon avis:

Lire un premier roman est toujours une expérience agréable pour le lecteur. Se lancer à la découverte d’un auteur dont on ne connaît ni le style,  ni le parcours, ni les influences c’est un peu comme partir à l’aventure, prendre une route dont on ne connaît pas l’issue. Mais cette route peut nous réserver de bien belles surprises comme celle de se retrouver la tête dans les étoiles.

Premier astronaute tchèque, Jakub Prochazka est envoyé en mission par le gouvernement afin de capturer les particules d’un mystérieux nuage qui s’est développé entre Vénus et la Terre. Un long voyage en solitaire démarre alors pour notre astrophysicien.

Premier roman de Jaroslav Kalfar, « Un astronaute en Bohême » de par son titre nous promet un voyage en apesanteur. Mais l’auteur ne s’arrête pas là puisque l’odyssée dans l’espace se transformera bien vite en odyssée personnelle. Un voyage en solitaire encourage à la réflexion et peut parfois mener à la dépression. Fils d’un membre de la police secrète du parti communiste, Jakub va nous faire revivre à travers sa mémoire cette page sombre de l’histoire de son pays mais aussi ses répercussions sur sa famille.

Mélange de genre, « Un astronaute en Bohême » mêle tour à tour science-fiction, histoire et psychologie. L’auteur, à l’imagination foisonnante, nous livre un roman, qui même si il n’est pas parfait de par la difficulté que le lecteur peut ressentir à suivre cette plongée en apnée dans la conscience de notre personnage, n’en est pas moins une belle surprise de cette rentrée littéraire entre réalité et (science) – fiction!

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour cette découverte.

Jaroslav Kalfar, « Un astronaute en Bohême », Traduit de l’anglais (US) par Georgina Tacou, Editions Calmann-Lévy,  16 août 2017, 360 pages.

 

 

 

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s