Côté Books: « Les derniers jours de l’émerveillement » de Graham Moore

© Editions du Cherche Midi

Résumé de l’éditeur: 

« New York, 1888. Les lampadaires à gaz éclairent les rues de la ville, l’électricité en est à ses balbutiements. Celui qui parviendra à en contrôler la distribution sait déjà qu’il gagnera une fortune considérable et sa place dans l’histoire. Deux hommes s’affrontent pour emporter la mise : Thomas Edison et George Westinghouse. Tous les coups sont permis. Lorsqu’un jeune avocat, Paul Cravath, aidé par le légendaire Nikola Tesla, se mêle à ce combat homérique, il va bientôt se rendre compte qu’autour de lui toutes les apparences sont trompeuses et que chacun a des intentions cachées ».

Mon avis:

Graham Moore, scénariste américain à succès et auteur de « 221b Baker Street », nous fait voyager dans le New York de la fin du 19e siècle qui fut marqué par de très nombreuses inventions ayant complètement transformé la vie de tout un chacun. Nous nous retrouvons plus particulièrement en 1888, guidé par le jeune avocat Paul Cravath, en pleine « Guerre des courants » opposant Thomas Edison et George Westinghouse. Si l’auteur se base sur des faits bien réels et fait revivre les principaux intervenants de l’époque, il s’accorde cependant une certaine liberté quant à la chronologie et aux détails des faits rapportés. Ayant le soucis du détail, Graham Moore, s’excusant presque du stratagème, nous accompagne en toute fin de livre dans notre découverte et prend le temps de nous détailler l’une après l’autre les libertés prises mais aussi les événements tels qu’ils se sont produits. Quoi de plus essentiel dans un roman historique que de réussir à attirer l’attention du lecteur en nous faisant vivre les événements de l’intérieur comme si nous étions des spectateurs privilégiés. Et Graham Moore relève le défi haut la main. Entre courant continu et courant alternatif, entre Thomas Edison, George Westinghouse et Nikola Tesla, entre machinations et guerre des brevets, « Les derniers jours de l’émerveillement » nous plonge au cœur d’un récit captivant, très bien documenté.

Je remercie les éditions du Cherche Midi pour cette découverte

Graham Moore, « Les derniers jours de l’émerveillement », Traduit de l’anglais (US) par Jean-Luc Piningre, Editions du Cherche Midi, 7 septembre 2017, 512 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s