Côté Books: « Les chiens de Détroit » de Jérôme Loubry

© Editions Calmann-Lévy

Résumé de l’éditeur:

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

Mon avis:

Premier roman de Jérôme Loubry, « Les chiens de Détroit » nous emmène au cœur d’une ville meurtrie, victime de la crise des subprimes qui touche les Etats-Unis de plein fouet. Hier, ville industrielle florissante, ville automobile par excellence, elle n’est plus ici que l’ombre d’elle-même. Ville fantôme dont le centre est déserté par bons nombres de ses habitants incapables de rembourser leurs prêts hypothécaires, Détroit devient le théâtre de mystérieuses disparitions d’enfants.

Lorsque l’affaire refait surface en 2013 , l’inspecteur Stan Mitchell, qui fut mis en échec lors de la première enquête et la jeune Sarah Berkhamp,  seront amenés à travailler ensemble afin de résoudre l’énigme entourant le bien mystérieux « Géant des brumes ».

Maîtrisant tous les codes du thriller, l’auteur nous offre un récit haletant, très bien construit autour de deux enquêteurs marqués, chacun à leur manière, par la vie, leurs expériences passées. Se servant d’une vieille légende comme élément charnière, Jérôme Loubry transforme la ville de Détroit en acteur-clé de ce thriller. Indispensable à la mise en scène obscure que nécessite un thriller digne de ce nom, l’auteur sait nous maintenir dans les brumes de l’enquête, en y entretenant ce sentiment d’attente et d’anxiété.

L’écriture est sûre, fluide, addictive. Le style narratif entraîne le lecteur au fil des pages sans lui laisser le temps de voir les heures passer. Un véritable page turner pour les amateurs de thrillers bien ficelés!

Un auteur à suivre 🙂

Je remercie les éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.

 

Jérôme Loubry, « Les chiens de Détroit », Editions Calmann-Lévy, 11 octobre 2017, 306 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Un commentaire sur « Côté Books: « Les chiens de Détroit » de Jérôme Loubry »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s