Côté Books: « Débâcle » de Lize Spit

© Editions Actes Sud

 

Résumé de l’éditeur :
À Bovenmeer, un petit village flamand, seuls trois bébés sont nés en 1988 : Laurens, Pim et Eva. Enfants, les “trois mousquetaires” sont inséparables, mais à l’adolescence leurs rapports, insidieusement, se fissurent. Un été de canicule, les deux garçons conçoivent un plan : faire se déshabiller devant eux, et plus si possible, les plus jolies filles du village. Pour cela, ils imaginent un stratagème : la candidate devra résoudre une énigme en posant des questions ; à chaque erreur, il lui faudra enlever un vêtement. Eva doit fournir l’énigme et servir d’arbitre si elle veut rester dans la bande. Elle accepte, sans savoir encore que cet “été meurtrier” la marquera à jamais. Treize ans plus tard, devenue adulte, Eva retourne pour la première fois dans son village natal. Cette fois, c’est elle qui a un plan…
Mon avis :
En découvrant la première de couverture de « Débâcle » de Lize Spit, le ton est donné. Ici, pas question de faux-semblants. La couverture provoque, avertit le lecteur mais aussi (et surtout) suscite sa curiosité.  Bien que ne reflétant pas le contenu du livre à proprement parler, elle provoque la même gêne. Le lecteur reçoit un avertissement : le livre dont il s’apprête à tourner la première page a ce petit air malsain, dérangeant que laisse deviner sa couverture.
A la lecture du roman, il est difficile de dire que l’on a « adoré » ce que l’on a lu tant le thème développé et le récit sont dérangeants. Mais l’autrice se révèle être une véritable virtuose de la narration et parvient au fil des pages à maintenir l’attention de son lecteur, alternant les récits passés et présents, pour nous tenir en haleine.
Ce roman vous happe malgré le malaise ressenti à la lecture de certains passages.
J’avoue avoir déposé ma lecture à de multiples occasions tant celle-ci est exigeante, parfois douloureuse mais le talent de narratrice de l’autrice et le schéma utilisé sont tels que vous ressentez le besoin d’en découvrir la suite quoi qu’il vous en coûte.
Je ne m’attendais certes pas à recevoir une telle claque!
Il est de tradition de dire que la curiosité est un bien vilain défaut, mais en littérature, j’ai appris à laisser faire mon instinct et cette fois-ci encore il ne m’a pas déçu. Lize Spit est de ces auteurs à la plume habile qui captive ses lecteurs et dont je suivrai le parcours!

Lize Spit, Débâcle, traduit du néerlandais (Belgique) par Emmanuelle Tardif, Actes Sud, Février 2018, 432 pages.

 

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s