Chronique: « BAAD » de Cédric Bannel

Couv-Baad_pdf1

©Robert Laffont – La Bête Noire

Lorsqu’une troisième fillette est retrouvée, étranglée et poignardée à Tchelsetoun, un quartier pauvre de Kaboul, le chef de la police criminelle, Oussama Kandar, se lance sans retenue dans un travail de titan. Confronté aux réalités socio-économiques de son pays, à la corruption, à la drogue, aux talibans et autres mouvances islamistes, le qomaandaan Kandar se transforme en véritable profiler, entamant une course contre la montre afin d’éviter un nouveau meurtre.

Pendant ce temps, à Paris, Nicole Laguna, ancien agent de la DGSE et spécialiste de la capture des criminels de guerre en fuite, véritable experte, se fait enlever en pleine rue par la mafia italienne.

Construit sur la base de récits alternés, « BAAD » de Cédric Bannel reflète les réalités actuelles d’un pays en transition, d’un pays en train de se réformer sous les auspices de la coalition internationale mais qui souffre profondément de son manque de cohésion, d’un trop plein de corruption et d’impunité.

A la lecture de ce roman, on ne peut que ressentir l’attachement de l’auteur à ce pays qu’il nous décrit tel un joyau brut dont les imperfections empêchent son rayonnement. Cédric Bannel , à travers ce thriller, nous parle avec passion de ces Afghans qui veulent se construire un monde meilleur. Oussama Kandar incarne ce héros, représentant l’avenir d’un pays actuellement blessé,  fracturé, en quête de stabilité.

Un récit ambitieux, très bien construit, rendant hommage tant aux paysages afghans qu’à sa diversité. Un roman, définitivement « BAAD », où l’on se plonge sans retenue tant la plume de l’auteur est efficace. On est littéralement happé au cœur de ces contrées lointaines dont on ne ressort pas indemne.

« BAAD », un roman à découvrir sans tarder.

Cédric Bannel, « BAAD », Editions Robert Laffont, Collection La Bête Noire, 04/05/2016, 480 pages.

Publicités

Publié par

Lectrice/Blogueuse littéraire - Lectures, avis, sorties. Aime sortir des sentiers battus

3 commentaires sur « Chronique: « BAAD » de Cédric Bannel »

  1. J’avais raté tes avis sur Baad et Kaboul express! J’adore cet auteur avec sa manière bien à lui de montrer son attachement sans non plus dépeindre un pays paradisiaque! Il titille efficacement les a priori que l’on peut avoir sur l’Afghanistan avec des intrigues bien ficelées et un côté humain que j’apprécie beaucoup!

    J'aime

      1. C’est clair que j’avais une appréhension vu tous les événements autour du terrorisme et de l’islamisme et franchement, il m’a bluffée! Comme toi, je l’ai découvert avec Baad et je n’ai pas encore lu L’homme de Kaboul! 😮

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s